EXPERIENCE

















Polarités du Management
Déc. 2012
Le manager d'élite ajuste constamment sa posture managériale entre deux polarités du management (voir article ci contre) .

 

















connais toi toi même
Cliquez sur l'image
















quiz
cliquer




bookcover managerdelite





Bonjour, 

Après la période de fin d'année, viennent très souvent les résolutions pour la nouvelle année qui commence.

Pour ceux d'entre vous - ou de votre entourage - qui forment le vœu de poursuivre leur processus de développement, nous vous proposons cet article sur deux polarités du management ainsi


Je vous souhaite une bonne lecture ainsi que de joyeuses fêtes de fin d'année.

  boules Noel
Bien à vous,
Dino RAGAZZO
EXPERIENCE
 
Management synergique

Pour maîtriser la crise actuelle, une idée largement répandue, et amplement confortée par la presse nationale, semble soutenir qu'un management flexible serait voué à l'échec contre lequel seul un manager autoritaire pourrait nous prémunir. Nombreux sont ceux de nos compatriotes qui en appellent à une autoritécadeau supérieure lorsque les choses deviennent difficiles. Ceux-ci oublient pourtant que les difficultés dont ils souffrent ont prospéré dans un système de même nature que celui qu'ils réclament de leurs vœux.

Pour nourrir le débat, analysons les conséquences de ces 2 modèles de management sur les comportements des membres d'une organisation (institution, parti politique, « appareil », entreprise, etc.).

Management autoritaire : un homme fort en tête.

Le management autoritaire est le produit d'une culture du chef inspirée par l'homme fort dont l'organisation a besoin pour diriger et contrôler les opérations ainsi que pour rassurer ses subordonnés. Ce style de management fait appel à une forte hiérarchie pyramidale dont le rôle est de s'assurer de la conformité de l'exécution des processus. Dans ce type de culture, les subordonnés sont priés de démontrer et d'entretenir leurs compétences techniques (savoir faire). La Business Unit est le niveau à partir duquel la performance est attendue. Pour la garantir, toute l'autorité est dévolue aux managers. L'accent est mis sur les tâches à réaliser. Les managers sont responsables du contrôle tandis que les subordonnés sont responsables de l'exécution des tâches. On y récompense surtout la quantité de travail, le labeur, le temps sacrifié au profit de l'organisation.

Le manager autoritaire reste inébranlable devant tout succès (des subordonnés).

Comportement des subordonnés : la tête au vestiaire.

Face à un management autoritaire, les subordonnés ne sont pas enclins à prendre des risques. Ce qu'il convient de faire avant tout c'est de suivre scrupuleusement les procédures, de faire stricto-sensu ce qui est attendu, de ne pas être pris en défaut et d'éviter à tout prix toute situation inaccoutumée. Parce qu'elles riment avec originalité, hardiesse et changement, la créativité et l'innovation sont peu pratiquées. Les relations de travail sont superficielles, le travail en équipe est laborieux. Les exécutants fuient les responsabilités et attendent que les décisions viennent d'en haut. Chacun se focalise sur son périmètre, ses tâches, ses prérogatives et se trouve ainsi dans l'incapacité d'évaluer la portée de ses efforts personnels.

 

Management flexible : Équipes et résultats.

Pour un partisan du management autoritaire, le management flexible est synonyme de management mou (à la flamby).

Un management flexible encourage l'engagement et la responsabilité individuels. Dans ce type de système, les collaborateurs sont invités à développer à la fois leurs compétences techniques (savoir faire) ET leurs compétences personnelles (savoir être). Cette forme de management considère que la composition des objectifs doit se faire au niveau où ils seront accomplis c'est-à-dire au niveau de l'équipe. La structure managériale est relativement plate, le pouvoir est mieux répartit. Les couches hiérarchiques sont réduites car la performance est prise en charge au niveau de chaque équipe. Les équipes sont pilotées par des team leaders, véritables clés de voutes de ces systèmes. L'accent est mis sur la culture d'entreprise et en particulier sur tout ce qui peut renforcer les comportements constructifs (accomplissement, réalisation de soi, humanisme et sociabilité). Ici on récompense les résultats sans oublier de célébrer les succès des constituants et des équipes auxquelles ils appartiennent.

Comportement des constituants : Ensemble chacun est plus fort.

Pour atteindre les objectifs qu'ils se sont fixés, les constituants de tels systèmes humains savent s'organiser et se ménager le temps de la réflexion. Cette qualité leur permet d'envisager diverses alternatives avant de décider et de mettre en œuvre l'action la plus efficace. Grâce à leur aptitude et à leur goût prononcé pour le travail en équipes, ces membres expriment davantage leur créativité et visent l'excellence dans un climat de saine émulation. Invités à cultiver le développement holistique de leurs compétences (savoir faire ET savoir être), ces constituants considèrent toute situation inaccoutumée comme un nouveau défi à relever, une nouvelle opportunité de développement. L'initiative, l'engagement, l'entraide et la sociabilité permettent à chacun des acteurs de mesurer et d'apprécier la portée de leurs contributions à la mission de l'organisation.

 

En conclusion, le succès d'un système de management autoritaire dépend des caractéristiques - historiquement éphémères - de l'exécutif. Ce modèle de management génère une alternance de crises et d'épisodes de prospérité.

 

Parce qu'il fait appel à la responsabilité, l'initiative et la solidarité, un système de management flexible semble plus propice à la prospérité durable des systèmes humains. Il suffit de se référer au modèle Suisse pour s'en convaincre.

 

Le manager d'élite ajuste constamment sa posture managériale entre ces deux polarités du management (autoritaire ou flexible) selon les besoins de la situation. 

 

Quelle est votre orientation personnelle ?
Vous est-il facile de pratiquer cet ajustement? 

 

Découvrez-le grâce à  ce test rapide (10 min).(cliquez ici)

 

 

Merci
Merci pour votre confiance. N'hésitez pas à faire suivre cette newsletter.