EXPERIENCE
Leadership optimiste
Lettre trimestrielle -  Printemps 2011
 
Bonheur
Bonjour    ,

pour célébrer ce nouveau printemps, nous avons souhaité partager avec vous quelques éléments de réflexion prospective. Nous espérons que vous nous rejoindrez sur ces thèmes et que nous aurons l'occasion d'accompagner vos prochains projets de développement des Ressources (Richesses) humaines.  
Bonne lecture
.
____________________________________________

Bonheur Intérieur Brut (BIB)

Paris le 21 / 03 / 2011 

Il y a un paradoxe au coeur de notre civilisation. Les individus veulent de meilleurs revenus. Pourtant, bien que la société soit devenue plus riche, les gens ne sont pas plus heureux. Au cours des 50 dernières années, nous avons eu de meilleures maisons, plus de vêtements, de plus longues vacances et, surtout, une meilleure santé. Pourtant, les sondages montrent clairement que le degré de bonheur n'a augmenté ni aux États-Unis, ni au Japon, ni en Europe (Sir Richard Layard, économiste à la London School of Economics).

 

Sur les 62 pays qui évaluent leur BIB, la Norvège arrive toujours en tête. Selon l'indicateur choisi, la France se classe au mieux au 14e rang et, au pire, au dernier. Si, comme notre intuition nous y invite, nous admettons que la morosité ambiante n'est pas favorable à la compétitivité des entreprises Françaises, alors souhaitons tous ensembles que nos Dirigeants et notamment les Directions des Ressources Humaines sauront - par leurs actions ciblées de développement des comportements - renverser cette fâcheuse tendance nationale au pessimisme.

Désir de renaissance

La proportion  des employés dans le monde qui se déclarent prêts à recommander leur entreprise est de 27 %*. Les employés, dans les services clients, sont les plus critiques. Les salariés américains sont trois fois plus nombreux à soutenir leur société qu'en Europe.

la France a le pire score avec plus de 60 % de « détracteurs ».   

 

Nos différentes interventions dans les organisations montrent que la critique et l'opposition systématique sont fortement corrélées avec la satisfaction des salariés (cadres ou non cadres). Pourtant, cette satisfaction ne contribue visiblement pas , en France, à l'affermissement du BIB.

Ce paradoxe négativisme-satisfaction semble suggérer qu'un bon nombre d'organisations combleraient (par dépit?) une sorte de soif d'autodestruction, un sordide jeu perdant-perdant entre le haut et le reste de l'échelle hiérarchique. Outre qu'elle "plombe" l'avenir chaque jour davantage, cette attitude présente l'inconvénient de s'auto-renforcer si on ne cherche pas à la démêler.  

 

L'entreprise peut changer les esprits verre

La morosité ambiante de nos économies occidentales révèle pourtant un fait important, une formidable opportunité: un désir latent de renouveau, de renaissance...Comme celui qui s'exprime actuellement avec énergie et enthousiasme autour du bassin méditerranéen. Comme le démontrent nos courageux voisins méridionaux, chaque individu possède les capacités nécessaires pour actualiser son désir de changement. C'est notre foi en l'avenir qui  nous conduit enfin à observer le monde sous l'optique du verre à moitié plein. Encore devons-nous être capables de lâcher notre (trop?) fort attachement au passé. 

Le monde de l'entreprise a tout à gagner à apprendre à surfer sur la vague ensoleillée de ce désir intense  d'avenir. S'il ne le fait pas, il court le risque de se dissoudre dans le verre éternellement à moitié vide du statu quo.  

 

*Enquête récente menée par Forrester auprès de 5.000 salariés en  France, Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni et Allemagne.

Optimisme : approche appréciative

Ces observations nous conduisent à une prospective raisonnable : les entreprises qui sauront développer  un environnement de travail appréciatif (donc constructif) seront ainsi  en position favorable pour renforcer ces ingrédients indispensables à la réussite des sytèmes humains que sont la combativité, la responsabilité, l'audace.... Il y a fort à parier que ce mouvement vers l'optimisme, l'appréciation fera également monter le BIB à l'échelle du pays.... Bien sûr que c'est possible!

 

Comment? Leadership optimiste

La première impression est souvent la bonne surtout lorsqu'elle est mauvaise disait Talleyrand.  Dans l'entreprise, nous pourrions traduire cette maxime en : "Les leaders montrent toujours l'exemple surtout lorsqu'il est mauvais". Votre style de leadership façonne la culture de votre organisation. Un leadership optimiste forge une organisation optimiste. 

 

Les entreprises qui apprennent à saisir  " l'opportunité dans chaque difficulté "  progressent plus que celles qui se bornent à  contempler " la difficulté dans chaque opportunité "

bookcover managerdelite

Nous vous souhaitons un printemps agréable et ensoleillé.

Que du bonheur!

 

Dino RAGAZZO

EXPERIENCE

06 07 13 36 90



(vous pouvez réagir dans mon blog http://www.managerdelite.com/blog/)


Liens


EXPERIENCE
Dino RAGAZZO

View my profile on LinkedIn

 

Entreprise optimiste avec le programme "Systèmes Humains Stratégiques".

Renforcer les modes de communication
insuffisamment développés pour accroître l'habileté du système (Stratégie, prise de décision,planification, coopération...)